Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 15:43

Franklin-Templeton---Brugere-Trelat_Philippe2.jpgL'année 2009 s'est révélée difficile pour les gérants adeptes de la sélection individuelle de valeurs. Mais 2010 montre un retour à la normale, estime Philippe Brugère-Trélat (en photo), vice-président de Franklin Mutual Advisers.


C'est une approche immuable depuis 60 ans. Les fonds Mutual Series de la société de gestion Franklin Templeton Investments ne changent pas d'un iota leur philosophie de gestion. Cela s'appelle de la deep value et cela consiste à rechercher des sociétés notablement sous-évaluées par le marché, soit en comparaison avec les actifs qu'elle possèdent, soit par la valorisation rapportée au cash que génère leur activité.


L'essentiel du portefeuille du Franklin Mutual European Fund est ainsi constitué, sans égard, a priori, pour la composition sectorielle que cela donnera. En ce début 2010, en conséquence des choix individuels de titres du gérant, les actifs sont répartis à peu près par tiers entre valeurs défensives, financières et industrielles. Une poche du fond pouvant aller jusqu'à 15% est aussi consacré à des situations spéciales : sociétés en difficultés financières (distressed securities) ou opérations d'arbitrages sur des titres faisant l'objet d'une OPA.


Pour ce type de gestion par nature prudente, l'année 2009 a été éprouvante, même si le fonds géré par Philippe Brugère-Trélat a plutôt bien géré l'exercice. Le fonds avait fini 2008 avec un important montant de trésorerie (environ 30% du fonds) et a commencé à réinvestir en avril 2009, peu après le creux du marché. Ses choix se sont alors notamment portés de manière sélective sur les banques (BNP Paribas, Barclays, Intesa), des assurances (Zürich, Axa) ou des valeurs industrielles et de services comme Siemens ou Vodafone.


Le fonds a fini l'année 2009 sur une performance de 21% : bonne en valeur absolue, mauvaise en relatif ! L'indice de référence a en effet progressé de 31,6% dans le même temps. "Est-ce que j'en suis content ? Non. Est-ce que cela m'incite à changer ma méthode ? Non plus !", résume Philippe Brugère-Trélat. Il sait que la sous-performance de sa méthode est inévitable lorsque le marché monte rapidement et sans discrimination.

A l'inverse, c'est dans un marché "flat" ou baissier qu'elle fait la différence. Après l'euphorie de 2009, l'année 2010 se présente donc plutôt bien pour notre gérant, avec un marché qui commence à redonner de l'importance aux fondamentaux financiers... bref, à se normaliser.


Qu'un titre ne soit pas cher ne suffit pas à contenter ce gérant. Il guette un "catalyseur" capable de faire en sorte que la sous-évaluation d'une société commence à se résorber. Ce week end, nous allons examiner quatre de ses choix de titres pour 2010.

 

Les choix de va&leurs de Philippe Brugère-Trélat : 1 - 2 - 3 - 4

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans SICAV - Fonds
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche