Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 19:34

ACCORLe groupe d'hôtellerie et de services en faisait clairement un axe de réflexion stratégique majeure. Son conseil d'administration a confirmé ce soir le projet de séparation des deux métiers.

La décision de mettre en œuvre cette stratégie a été prise à l'unanimité moins une voix par le conseil d'administration d'Accor, qui compte douze membres et est présidé par Gilles Pélisson. Nul besoin d'être devin pour comprendre d'où est venue la voix discordante. Le Fonds Stratégique d'Investissement, qui détient 7,4% d'Accor, est représenté au conseil et son président, Gilles Michel, avait officialisé il y a quelques jours son opposition au projet. Il n'a donc pas réussi à convaincre les administrateurs indépendants d'Accor (dont Jean-Paul Bailly, président de La Poste, et Bertrand Meheut, président de Canal+), qui auraient pu faire pencher la balance.

Pour justifier son projet de scission, le conseil d'administration pointe tout d'abord l'absence de synergies réelles entre l'hôtellerie (environ 75% du chiffre d'affaires) et les services prépayés (tickets-restaurants), qui représentent des marchés divergents et des compétences spécifiques.

D'où le risque pour le groupe d'être valorisé comme un simple holding, avec une décote, alors que la séparation (c'est là le deuxième argument du communiqué) d'attirer "un plus grand nombre d'investisseurs". On lit clairement ici l'amicale pression des deux premiers actionnaires du groupe, les fonds d'investissement Colony Capital et Eurazeo, qui détiennent de concert environ 30% du capital et viennent de "confirmer leur soutien" à la direction. Les deux compères ont d'ores et déjà décidé d'étendre leur pacte d'actionnaires aux deux entités qui naîtront de la scission et de prolonger jusqu'au 1er janvier 2012 leur engagement de conservation des deux titres.

La séparation donnerait naissance à deux sociétés leaders dans leur domaine au plan mondial. Reste maintenant pour l'équipe dirigeante à mettre en œuvre le plan d'action en vue de la scission, afin de soumettre ce qui reste en l'état un projet au vote des actionnaires. Ce qui sera fait d'ici la fin 2010 et donnera peut-être lieu à une nouvelle bataille de communiqués entre les "pour" et les "contre", même si la cause semble a priori entendue.

La Bourse devrait réagir favorablement demain à cette confirmation. Les analystes de Natixis Securities, en tout cas, se disent "convaincus du bien-fondé d'une telle décision, dans la mesure où elle devrait entrainer une accélération de la croissance sur les titres de services et une transformation du modèle hôtelier vers un profil plus profitable et pérenne." Ils fixent un objectif de cours de 54 euros, soit un potentiel de 41%.

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

thierry 28/09/2010 22:28


bonne nouvelle, ce groupe dhotellerie obsolette qui vend des chambres a60 euros 1 etoile (etap ibis) en plastique se rend compte quen europe pour le meme prix on propose de la vraie hotellerie. Ils
peuvent faire faillite c rendre service a la france et a l'hotellerie mondiale quils deshonorent comme le confirme le classement de l'hotellerie francaise la plus pourrie et aux petit dejeuners
hors de prix 2010


Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche