Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 12:19

En recul de 16,9% au premier trimestre 2014, le chiffre d’affaires de la société de services informatiques Devoteam est en apparence très décevant. En réalité, il porte la trace d’un recentrage de l’activité qui a amené le groupe a céder plusieurs filiales, dont le pôle T&M (environ 40 millions d’euros de chiffre d’affaires) qui apparaissait encore dans les comptes du T1 2013 et a été vendu à Ericsson depuis. Autre facteur impactant le chiffre d’affaires, la filiale hollandaise Between, moteur de recherche de compétences informatiques, a récemment changé de mode de reconnaissance des revenus. Au final, en excluant ces facteurs, Devoteam indique que ses revenus sont en fait en légère hausse de 1,5% au premier trimestre 2014.

 

Si le groupe souffre en Europe du Nord (-3% à données comparables), il enregistre une hausse d’activité de 1,1% en Europe centrale et de 18,3% sur la petite activité en Turquie et au Moyen-Orient. En phase de restructuration, Devoteam n’affiche pas en ce début d’année un net regain de croissance, à la différence de Steria ou Sopra. Mais son taux d’utilisation des ressources interne, en très nette hausse par rapport au T1 2013, à 82,7%, laisse espérer une augmentation de la rentabilité opérationnelle, voisine de 4,5% selon la société. Par ailleurs, Devoteam annonce de premiers contrats en Allemagne et en Norvège dans le cas de son partenariat avec l’américain ServiceNow.

 

Symboliquement, Devoteam annonce la forte hausse du dividende proposé (25 cents par action au titre de 2013, contre 10 cents un an avant). Il faut dire que le programme de cession d’actifs lui a permis de retrouver une santé financière très bonne, avec une trésorerie nette de 36,4 millions d’euros fin 2013.

 

Après une ouverture en nette baisse ce matin, mais dans un volume infinitésimal, le titre ne recule plus que de 0,27% vers midi, à 18,60 euros. Il faut dire que, s’il a progressé de 41% depuis janvier, le cours ne valorise Devoteam qu’à 152 millions d’euros, soit un tiers environ du chiffre d’affaires. C’est peu dans un contexte de reprise de l’économie et surtout du cycle de fusions-acquisitions. Le rapprochement en cours entre Steria et Sopra a montré que d’autres acteurs, comme Atos, sont aussi à l’affût de croissance externe. Or, en France, Devoteam fait indéniablement partie des sociétés informatiques visibles, ce qui contribue à soutenir le cours. Reste que dans le secteur, une OPA ne se conçoit que si elle est amicale. A suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche