Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 17:24

Alors que Netgem vient de préciser la date de versement du dividende exceptionnel annoncé en décembre (lire notre article) et fait incontestablement partie des hot stocks à surveiller en 2010, newsfinance.fr  vous propose cette semaine une série de trois entretiens thématiques avec son emblématique fondateur, Joseph Haddad (en photo). Une série dont voici le première épisode...

 Joseph Haddad évoque pour les lecteurs de newsfinance.fr le modèle économique de sa société et ses étroites relations entre sa société et SFR, devenu son principal et hégémonique client du fait de la rapide concentration du secteur de l'accès internet en France. Un partenariat fort qui a permis à Netgem de dégager des profits élevés ces dernières années, mais apparaît aussi comme un facteur de risque. Qu'en pense le principal intéressé ?

Netgem Joseph Haddad

newsfinance.fr : Vous avez annoncé en 2009 une modification de vos relations avec votre principal client, SFR. Qu’en est-il ?


Joseph Haddad : SFR a souhaité faire évoluer son modèle d’affaires avec nous, ce qui a pour avantage de nous donner une bonne visibilité sur 2010. Nous avons donc cédé la licence logicielle à SFR, ce qui prend effet au début du premier semestre 2010. Cela occasionnera donc pour cette période un chiffre d’affaires exceptionnel et une marge plus élevée que la normale. Ensuite, nous continuerons à facturer SFR pour les décodeurs livrés, mais seulement pour la partie matérielle, puisqu’ils auront la propriété de la partie logicielle. En conséquence, le chiffre d’affaires futur par « boîte » sera moins élevé.

newsfinance.fr : Ce nouveau contrat vous garantit un volume de chiffre d’affaires jusqu’en 2011. Et après ?

Joseph Haddad : Fin 2011, ce sera pour nous la troisième « fin de contrat » avec le groupe Neuf-SFR ! Comme les fois précédentes, nous serons remis en concurrence et nous devrons démontrer notre capacité à apporter de la valeur ajoutée à notre client. Dans le monde des affaires, aucun contrat n’est « à vie » et je trouve cela tout à fait normal ! Sur les dernières années, nous avons dédié la quasi-intégralité de nos ressources à Neuf-SFR, ce qui fait apparaître ce contrat comme un facteur de risque pour nous. Mais si c’était à refaire, je le referais de la même façon, car cela nous a permis de deveni ce que nous sommes : une société de croissance rentable.

newsfinance.fr : SFR a récemment poussé commercialement votre décodeur de télévision à la norme MPEG4. Cela a-t-il eu un impact sur vos ventes ?

Joseph Haddad : Oui. Cette norme permet une meilleure compression du signal de télévision. Cela permet donc à une plus forte partie des abonnés de SFR de pouvoir accéder à un service de télévision sur ADSL. Si vous regardez nos chiffres 2009, vous pourrez en déduire que nous avons livré à SFR plus de boîtes qu’eux-mêmes n’ont recruté d’abonnés ADSL. Cette plus forte pénétration de la télévision au sein de son parc de clients est une bonne chose pour SFR, car les études démontrent que ce service augmente la fidélité des abonnés.

newsfinance.fr : On trouve aussi vos produits dans des circuits de distribution grand public, comme la FNAC. Ce modèle contribue-t-il significativement au chiffre d’affaires ?

Joseph Haddad : Non, c’est plutôt une vitrine technologique pour nous. Netgem n’est pas un acteur grand public, mais bien un acteur technologique au service des opérateurs. On a cependant l’intuition que tout le marché de la télévision sur ADSL ne passera pas uniquement par des offres entièrement intégrées par les opérateurs et que ceux-ci vont développer des services capables de fonctionner sur des équipements achetés séparément par les consommateurs. C’est sur ce modèle que se développe notamment notre filiale britannique IP Vision et, en France, le récent accord entre Orange et le fabricant de téléviseurs LG va dans ce sens. Notre présence dans le circuit de distribution nous sert à démontrer que nous pouvons aussi fonctionner de cette façon. D’ailleurs, notre dernier communiqué fait clairement allusion à la possibilité pour nous de trouver des partenariats avec des sociétés d’électronique grand public.

newsfinance.fr : Cela veut-il dire que vous allez migrer vers un modèle d’éditeur de logiciels ?

Joseph Haddad : A vrai dire, j’ai toujours considéré que nous étions fondamentalement un éditeur de logiciels qui a eu la bonne idée d’intégrer son logiciel dans une « boîte » pour le commercialiser. Au contraire d’autres fabricants, jamais Netgem n’a vendu de « box » contenant un autre logiciel que le nôtre. C’est ce modèle qui nous permet de générer des marges importantes. Mais si demain, il n’y a plus de « box » mais une technologie entièrement intégrée dans les appareils de télévision, nous serons encore là. Ce modèle signifierait moins de chiffre d’affaires, mais des marges encore plus importantes. Ceci dit, je ne pense pas que le marché va basculer rapidement et intégralement vers ce modèle. Nous nous préparons simplement à cette  éventualité.

Propos recueillis par Emmanuel Schafroth


A lire également :

deuxième partie >                                       troisième partie >>

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche