Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 11:20

Pendant que les grands investisseurs jouent à faire retomber le CAC40 sous la barre des 3.000 points, les petits conservent leur capacité à s'enthousiasmer pour ce qu'ils considèrent comme une future pépite, à tort ou à raison. La dernière chouchoute en date a aujourd'hui une capitalisation voisine de 15 millions d'euros, mais celle-ci n'était que de 4 millions en début de mois !

Quelle magnifique société a-t-elle ainsi les faveurs du marché ? A vrai dire, ce n'est pas tout-à-fait une nouvelle venue puisqu'elle a été introduite en 1997 sur feu le Nouveau marché de la Bourse de Paris, au prix de 195 francs (29,73 euros). Malgré la remontée récente, Lexibook vaut beaucoup moins aujourd'hui. C'est après une carrière dans le fromage (directeur commercial d'Entremont !) que Luc Le Cottier lance  cette société d'import-export spécialisée dans des produits tels que les dictionnaires électroniques, traducteurs et autres calculettes.

Mais alors que le groupe s'introduit en Bourse en affichant de fortes perspectives de croissance , l'émergence du web et la banalisation de l'informatique domestique menacent déjà d'une certaine ringardisation les produits  Lexibook. Aujourd'hui, la messe semble dite, alors que tout le monde fait ses calculs sur Excel et glane définitions et traductions sur le roi des réseaux. Les derniers chiffres publiés par Lexibook ne sont d'ailleurs guère sexy, l'exercice 2010/2011 s'étant soldé par un chiffre d'affaires en légère baisse, à 38,9 millions d'euros et une rentabilité retrouvée (après une réduction de la voilure) mais bien rachitique : 1,8% de marge nette contre 8% à l'introduction.

Commetn donx expliquer que le titre qui végétait autour d'un euro en début de mois se soit envolé de quelque 130% en trois séances et cote aujourd'hui autour de 4 euros ? Peut-être à cause d'un mot magique qui fait rêver les investisseurs. En 1999 ou 2000, ce mot était "internet"; aujourd'hui, le sésame est "tablet". N'est-ce pas lui qui a propulsé Apple au rang  de première capitalisation mondiale ? N'est-ce pas lui qui a redonné une seconde jeunesse à Archos ? Justement, Lexibook vient de lancer une campagne pour la Lexibook Tablet, conçue comme la première tablette pour les juniors et censée être un "must" du prochain Noël.

Reste à savoir si ce produit trouvera son chemin vers le consommateur, alors que tous les grands de l'électronique grand public veulent leur part de ce marché. Rien n'est gagné, mais cette nouveauté rebooste le titre tombé aux oubliettes. Et les volumes sont conséquents : en une semaine, ce sont 80% du capital qui ont changé de mains, alors même que le flottant est bien plus faible. Clairement, les spéculateurs se "repassent le mistigri" à grande vitesse, ce qui ne peut qu'inquiéter. Gare au retournement, il pourrait être brutal... surtout quand Noël sera passé et que les ventes de Lexibook  se révèleront peut-être moins triomphantes que leurs publicités.

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche