Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 11:00

vodafone.jpgNous avons fait connaissance hier avec Philippe Brugère-Trélat, gérant des fonds Mutual Series chez Franklin Templeton (lire l'article). Voici la première valeur d'une série de 4 titres qu'il affectionne particulièrement en ce moment.


Ce titre est celui de l'opérateur de téléphonie mobile britannique Vodafone. Au cours de la décennie écoulée, l'entreprise a eu une stratégie de développement à l'échelle mondiale et dispose désormais d'une présence significative dans une trentaine de pays : les principaux pays européens, l'Inde, la Chine, l'Australie ou encore les Etats-Unis.

Dans ce dernier pays, Vodafone dispose d'un actif de qualité, à savoir 45% de l'opérateur mobile Verizon Wireless, qui compte 91 millions de clients et a réalisé en 2009 un chiffre d'affaires de plus de 62 milliards de dollars. Un actif de qualité, mais que Vodafone ne contrôle pas, le reste des titres (donc, la majorité du capital) étant détenu par Verizon Inc.

Jusqu'ici, cet actionnaire de contrôle n'a pas fait remonter le cash important généré par sa filiale (environ 16 milliards de dollars par an), c'est-à-dire que Verizon Wireless ne verse pas de dividende à ses deux coactionnaires. La donne devrait changer alors que les activités fixes de Verizon sont désormais moins rémunératrices. Or, si Verizon Wireless commence à verse un dividende représentant la moitié du cash flow libre qu'il dégage, ce qui est un ratio raisonnable aux yeux de Philippe Brugère-Trélat, Vodafone verra son propre cash flow augmenter de plus de 50%, profitant ainsi - enfin - de la manne financière de sa participation.

D'autre part, Vodafone est également actionnaire minoritaire de SFR en France. Le majoritaire, Vivendi, ne cache pas, depuis des années, sa volonté de racheter la totalité des titres. Ici, le catalyseur du changement est le nouveau management de Vodafone, plus ouvert à l'idée que l'ancien. "Tout est désormais question de prix", estime Philippe Brugère-Trélat. Voilà encore une bonne nouvelle en perspective pour la trésorerie de Vodafone !


Le cours de Vodafone à Londres était de 147,65 pence vendredi soir.  Pour Philippe Brugère-Trélat, le titre vaut entre 180 et 200 pence.

Prochains rendez-vous sur newsfinance.fr samedi à 16h, puis dimanche à 11h et 16h, pour découvrir les trois autres choix du gérant.


Les autres choix de Philippe Brugère-Trélat 2 - 3 - 4

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche