Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 19:21

Hier : 9.491 titres échangés. Aujourd'hui : 1.349.606 ! Hier : une hausse de 0,76%. Aujourd'hui : une baisse de 46,21%. Oui, les actionnaires de la société espagnole Let's Gowex se souviendront sans doute longtemps de ce 1er juillet. Que s'est-il passé pour expliquer un tel gadin ? Un mystérieux justicier de la finance, agissant sous le nom de Gotham City Research LLC (Gotham étant un des surnoms de New-York), a publié une étude de 93 pages pour expliquer pourquoi il pense que cette valeur, qui capitalisait encore environ 1,5 milliard d'euros hier, vaut... zéro !

Let's Gowex, jusqu'ici, ressemblait à une des plus belles success stories européennes dans les nouvelles technologies, avec un chiffre d'affaires passé de 35 millions d'euros en 2009 à 183 millions l'an dernier, le tout avec une magnifique rentabilité après impôts de 15,8% !

 

90% du chiffre d'affaires serait faux

Sauf que, s'il on en croit Gotham City Research, tout cela est... faux ! L'étude estime ainsi qu'environ 90% du chiffre d'affaires annoncé serait factice ou, au moins, "suspect". L'analyste apporte quelques éléments concrets à cette assertion. Tout d'abord, il observe que les sociétés qui exercent le même métier que Let's Gowex, à savoir le déploiement de réseaux wifi gratuits, afffichent généralement une rentabilité négative, loin des belles marges publiées par Let's Gowex. Autre facteur surprenant, la société affichait en 2012 un revenu par employé supérieur à celui rencontré ches les plus grandes stars du web (Facebook ou Google), et donc encore plus éloigné de celui de ses concurrents Boingo ou iPass. L'analyste masqué accuse aussi la compagnie de nombreux mensonges : elle aurait ainsi affirmé auprès d'investisseurs qu'elle percevait 7,5 millions de dollars de revenus de la part de la ville de New-York, alors que la municipalité américaine avance le chiffre de 200.000 dollars.


Quand les clients sont aussi les fournisseurs

Autre accusation avancée : le directeur général de la société, Jenaro Garcia, aurait été mêlé à une fraude ayant conduit au retrait de la cote de la société Advanced Refractive Technologies. Gotham City Research relève d'autres curiosités, comme des communiqués en anglais et en français mentionnant des affirmations soigneusement évitées, ou le fait que le principal client de Let's Gowex en 2007 et 2008 (environ la moitié du chiffre d'affaires) mentionné par le prospectus d'introduction en Bourse, Seasuntel, semble aujourd'hui une société fantôme, dont le site internet ne fonctionne plus. Or cette société figure aussi parmi les fournisseurs mentionnés. On voit bien où l'analyste veut en venir : une partie du chiffre d'affaires serait issue de facturations croisées. Voilà qui nous rappelle une certaine époque, celle de la bulle internet, et quelques scandales comme celui d'Altran et de son chiffre d'affaires artificiellement dopé par un ensemble d'astuces qu'on appelait alors la "comptabilité créative". D'autant que d'autres clients importants, Panel Consulting et Line Informatice, seraient liés de près au directeur financier de Let's Gowex. La société a certes publié un communiqué en réponse à cette analyse assassine, mais il semble peu étayé au vu de la situation. Il se contente d'affirmer que le management n'a jamais rencontré Gotham City Research, contrairement à ce que l'analyste dit (mais si Gotham est un nom d'emprunt, peut-être l'auteur a-t-il rencontré la direction sous son vrai nom !) ou encore que l'étude contient des inexactitudes majeures et fausses affirmations. On aurait préféré un démenti plus factuel sur les points qui fâchent.

 

 

Let's go down !

Le plongeon boursier a, quoi qu'il en soit, été saignant aujourd'hui, avec un cours qui a baissé jusqu'à 57,8% au-dessous de la clôture d'hier avant de finir la séance à 10,70 euros (-46,2%). Et ce n'est sans doute pas fini. A vrai dire, à 774 millions d'euros de capitalisation boursière ce soir, le titre vaut encore près de 27 fois les bénéfices 2013, ce qui est assez élevé, en dehors de toute considération sur la véracité des comptes. Qu'oi qu'il en soit, les afficionados de la valeur peuvent d'autant plus se mordre les doigts qu'ils ont été récemment prévenus de la manière la plus impérieuse de rester à l'écart du titre. Le 16 mai dernier, Sébastien Faijean, directeur associé de la société d'analyse financière ID Midcaps, avait ainsi sérieusement mis en garde le marché contre Let's Gowex lors d'une intervention sur BFM (cliquer ici pour écouter). Non seulement il remarquait que le titre était très cher et que la société continuait à consommer du cash. Mais surtout, Sébastien Faijean se disait gêné qu'à un tel niveau de valorisation (environ 1,5 milliard d'euros à l'époque), le titre reste coté sur plusieurs marchés tous non réglementés comme Alternext : un moyen d'échapper à des contraintes réglementaires trop importantes, comme par exemple la nécessité de publier ses comptes aux normes IFRS. Son intervention avait déclenché l'ire des "fans" sur les forums, mais il avait bien senti une odeur de fumée. Et aujourd'hui, le titre est en feu. Le pompier AMF est attendu d'urgence !


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche