Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 11:04

<<< partie précédente

                                                          - Péché d'avarice -


Le principal grief fait par les minoritaires de Locindus au CFF est de s'endormir sur un trésor qu'il ne veut pas partager.

Le rapport d'activité du troisième trimestre 2009 révèle ainsi que la trésorerie excédentaire de Locindus atteint... 130 millions d'euros. Un chiffre considérable, qui représente plus de 75% de la capitalisation boursière actuelle !

La richesse de Locindus ne date pas d'hier. Dès septembre 2005, un analyste de la banque Fortis estimait que la société était "surcapitalisée d'au moins 80 millions d'euros", plaidant alors pour une augmentation du dividende de 2 euros à 2,4 euros par action.

Depuis, la situation financière de Locindus ne s'est pas dégradée, bien au contraire : les réserves consolidées sont passées de 127 millions d'euros à l'époque à 177 millions au 30 juin 2009, notamment grâce à la plus-value sur la cession de SIIC Invest.

Or, conformément à ses menaces initiales, le CFF, loin d'augmenter la distribution de dividendes, l'a au contraire abaissé au strict minimum, le ramenant dès sa prise de contrôle de 2 euros à 18 cents par action ! Malgré un bilan "sur-sécurisé", le taux de distribution, qui atteignait 54% du bénéfice distribuable au titre de l'exercice 2005, est ainsi tombé à 3% au titre de l'exercice suivant. En 2008, ce taux a modestement remonté à 5%, signe de la pingrerie durable de l'actionnaire majoritaire.

Ceci est d'autant plus étonnant que le CFF, de son côté, n'a pas hésité à puiser dans ses réserves pour distribuer, au titre de l'année 2008, la somme de 220 millions d'euros (près de trois fois le bénéfice de l'année) à ses actionnaires. A ses actionnaires ? Disons plutôt... au groupe Caisses d'Epargne. Car - et c'est bien ce qui fait la différence - dans ce cas, tout l'argent qui remonte de la fille vers la mère reste au sein le groupe !

A l'inverse, pour ne pas avoir à partager la cagnotte de Locindus, le CFF thésaurise au maximum, tel l'écureuil qui symbolise sa maison-mère ! En 2007, le prétexte invoqué était de "se donner des marges de manoeuvre pour une nouvelle stratégie en cours d'élaboration". Faux ! En fait de stratégie, Locindus ne cesse de répéter depuis que son programme de cessions d'actifs va se poursuivre.  Voilà qui ne nécessite pas de "marges de manoeuvre" et aurait plutôt tendance à en donner !

On pourrait se demander pourquoi le CFF ne pousse pas l'avarice jusqu'au bout en supprimant tout simplement le dividende de Locindus. Sans doute le ferait-il s'il le pouvait ! Mais les statuts de sa filiale le lui interdisent, "au moins 85% du bénéf retiré des opérations exonérées" étant nécessairement distribué. Voilà comment on arrive au calcul de 0,46 euro par action versé pour 2008.

Cette politique ne tient aucun compte des intérêts de minoritaires sans doute plus soucieux que le CFF de voir le titre Locindus correctement valorisé, ne serait-ce que pour avoir l'occasion de "sortir" à un prix correct. Or, du fait de cette captation des richesses de la société, le titre Locindus est valorisé très au-dessous de ses fonds propres (230 millions d'euros). Mais ce n'est pas tout....



partie suivante >>>


Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche