Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 14:49

Il n'y a (presque) plus d'introductions en Bourse en France. Le marché va-t-il repartir ? La réponse avec un spécialiste de ce type d'opérations.

La crise financière de 2008/2009 a donné un coup d'arrêt sévère aux introductions de nouvelles sociétés à la Bourse de Paris. Depuis, ce marché continue de tourner au ralenti et n'est que rarement alimenté par des opérations majeures. Une des dernières fut la mise en Bourse par le groupe PPR de sa filiale de distribution africaine CFAO, une opération d'un montant de plus de 900 millions d'euros, mais qui remonte à la fin de l'année 2009. A l'été 2010, on a bien vu arriver en Bourse Edenred, le groupe qui émet les Tickets restaurant, mais il s'agissait d'un "spin off", c'est-à-dire d'une séparation en deux des activités d'une société, en l'occurrence le groupe Accor

Pourquoi n'y a-t-il plus d'introductions en Bourse de grande ampleur ?

"Le marché des introductions en Bourse est un bon moyen de suivre l'appétit des investisseurs pour le risque et de comprendre quels secteurs ou quels pays les intéressent à un moment donné", explique Cédric Chaboud, gérant de la Sicav Skylar Origin (SPGP) et spécialiste de ce type d'opérations. Globalement, il dénombre chaque année entre 2.500 et 4.000 introductions en Bourse au niveau mondial, mais leur dispersion géographique évolue singulièrement au fil des années. En 1999, les investisseurs s'intéressaient essentiellement aux secteurs des télécoms et de la technologie : cette année-là, l'Europe et l'Amérique du nord avaient représenté près de 88% des 198,5 milliards de dollars récoltés lors d'introductions en Bourse, d'après les statistiques de Bloomberg. En 2009, les investisseurs lorgnaient vers les matières premières et la part des pays émergents d'Asie et d'Amérique latine dans le marché des introductions en Bourse représentait plus de 40%. Entre ces deux dates, le seul marché européen des introductions a tout simplement été divisé par 10, pour ne connaître depuis que des faux rebonds. Semblablement, le marché américain reste beaucoup moins actif qu'avant la crise mais donne des signes de retournement. "Depuis cinq ans, aux Etats-Unis, 1.300 milliards de dollars ont été investis dans les obligations tandis que 900 milliards ont été retirés des actions, rappelle Cédric Chaboud. Cela a amené les taux obligataires à des niveaux tellement bas que cela provoque un début d'inversion de tendance dans les pays où l'économie se stabilise, ce qui est très favorable aux introductions en Bourse." C'est d'autant plus vrai que les entreprises à la recherche de financements manquent d'alternatives à la Bourse avec notamment des banque peu enclines à les financer.

Lire la suite sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche