Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 09:57

logo-netgem.pngLa rumeur est bel et bien confirmée. Netgem se verrait bien acquérir Pirelli Broadband Solutions. Mais il est encore tôt pour faire des plans sur la comète.

 

 Netgem a confirmé ce matin son intérêt pour la filiale haut débit du groupe Pirelli, que son possesseur souhaite céder pour se recentrer. Mais le communiqué du fabricant de boxes français ne crie pas victoire. Au contraire, il mentionne explicitement, sans doute pour calmer le jeu, que ses négociations ne sont pas exclusives.

 

D'après les informations qui ont circulé, deux autres acquéreurs sont en course : le fonds allemand Aurelius et la société suisse Advanced Digital Broadcast (ADB). La fourchette de prix pour Pirelli Broadband serait de 35 à 40 millions d'euros, selon l'agence Reuters qui cite une "source de marché", terminologie pratique pour ne pas citer sa source, justement, mais assez peu parlante ! Cette information donne-t-elle le chiffre qu'espère le vendeur ou dévoile-t-elle un montant proposé par un acheteur ? Mystère !

 

Ce qui tend à crédibiliser l'estimation, c'est que le groupe Pirelli semble vouloir boucler l'affaire d'ici la fin de l'année. On peut en déduire que ces négociations "fuitent" à un moment où elles sont bien avancées. Mais avancées avec qui ? Autre mystère ! Dans le petit monde des fusions/acquisitions, le poker menteur est la règle. Sachant le dossier Pirelli en vente, Netgem peut très bien se porter candidat dans le seul but d'obtenir un dossier qui fourmille d'infos précises sur la cible... ou bien être véritablement intéressé.

 

Tentons donc de réfléchir à la place des dirigeants de Netgem ! Pour l'heure, ils sortent d'une situation où l'essentiel de leur activité dépendait d'un seul client français pour mieux se retrouver dans une situation similaire... en Australie ! La liste des clients de Pirelli Broadband (cliquer ici pour la visualiser) est autrement plus longue, incluant l'opérateur suisse Swisscom, les italiens Fastweb et Telecom Italia et plusieurs filiales de Deutsche Telekom. En un mot, une telle acquisition apporterait à Netgem une belle diversification de son portefeuille de clients, ce qui reste le point faible  du groupe.

 

De même, au niveau de la gamme de produits, le français élargirait considérablement son métier, Pirelli commercialisant non seulement des "boxes" de télévision numérique mais aussi des solutions d'entreprises, des terminaux téléphoniques et autres tablettes tactiles.

 

Netgem a-t-il les moyens d'une telle opération ? Certes... mais il n'est pas le seul ! Sa position de trésorerie nette (34,9 millions d'euros à fin juin) lui permettrait de dépenser le montant évoqué plus haut sans s'endetter. Le suisse ADB est dans une situation similaire, avec une trésorerie nette de 30 millions d'euros environ. Cet autre prédateur potentiel est plus gros que Netgem (environ 100 millions d'euros de facturations au premier semestre 2010, contre 74,3 millions), mais moins rentable (1,8 million d'euros de bénéfice, contre 19,7 millions). Le jeu reste donc ouvert.

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche