Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 19:06

parrot.pngLa Bourse n'a guère apprécié les résultats 2012 de Parrot. Le titre a plongé de 10% aujourd'hui, revenant à 25,89 euros, son plus bas niveau depuis le 5 décembre dernier. Cela n'enlève rien à la qualité de la société.

Au quatrième trimestre 2012, le chiffre d'affaires de Parrot a atteint 73 millions d'euros, soit une croissance de 2% en un an. Cela masque un recul de 14% du chiffre d'affaires "grands comptes" (majoritairement constitué par les kits de téléphonie mains libres vendus directement par le groupe aux constructeurs automobiles), qui tombe à 28,5 millions d'euros sur le trimestre. Cette activité historique du groupe est pénalisée par la morosité du secteur automobile et la constitution de stocks par les clients au cours des trimestres précédents, mais aussi par un recul des prix alors qu'une nouvelle génération de produits est en préparation. Parrot entend ainsi se positionner sur le marché de l'automobile numérique, avec des équipements permettant tout à la fois d'écouter de la musique enregistrée ou des radios numériques que de proposer des services de navigation et de géolocalisation (avertisseur de zones dangereuses, localisation de stations-services, etc). C'est ce que Parrot appelle le marché de l'infotainment.

A l'inverse, le chiffre d'affaires grand public progresse de 13%, à 43,7 millions d'euros sur le trimestre, poussé par les produits multimédias, dont le fameux AR.Drone (un petit engin volant pilotable via un smartphone) ou les casques audio Parrot Zik. Mais la rentabilité s'avère en nette baisse sur cette fin d'année 2012 : une marge d'exploitation de 9,3% au T4, contre 13% un an plus tôt. Parrot explique ce recul par deux phénomènes. D'abord, la percée des produits multimédias a nécessité une intenseification de l'effort marketing et commercial. Ensuite, l'effort de recherche-développement tour a augmenté de 28% en un an, se tournant essentiellement vers le développement des futurs produits d'infotainment mais aussi vers des marchés nouveaux comme celui des drones civils professionnels (Parrot y est arrivé en 2012 via le rachat de la société suisse Sensefly).

Cet effort est largement soutenable par la société. Sur la totalité de l'exercice 2012, Parrot a enregistré un résultat net certes en baisse de 15%, mais qui représente tout de même 24,3 millions d'euros, soit 8,7% du chiffre d'affaires. Une situation bien plus enviable que celle d'un Archos, dont les comptes ont viré au rouge vif au premier semestre 2012 et qui vient d'émettre un million d'actions nouvelles dans le cadre d'un Programme d'augmentation de capital par exercice d'options (PACEO) conclu avec la Société générale, afin de financer son besoin en fonds de roulement.

Au contraire, pas de besoins de refinancement chez Parrot, à la tête d'une trésorerie de 81 millions d'euros à fin 2012. De quoi se lancer sereinement sur ces nouveaux marchés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche