Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 14:15

Cochon-tirelire.jpg

Garantir à tous l'accès à un compte bancaire, c'est une des missions de la Banque de France, ainsi que nous le rappelions récemment ici-même. Une mission à peu près remplie, le taux de bancarisation atteignant 99% en France. La détention d'un compte est en effet un élément de base pour une bonne intégration à la société.

Or, pour les clients en situation précaire, la relation avec le banquier ne va pas de soi, entre la "peur du banquier" qui peut exister d'un côté et le peu d'intérêt accordé par les établissements bancaires à une clientèle peu susceptible de générer d'importantes commissions.

 

De plus en plus de clients fragiles

Toutefois, avec la crise, la clientèle dite fragile augmente numériquement, comme le rappelle une récente étude des cabinets Ailancy et Koïne Conseil. Le taux de chômage a ainsi augmenté de 2,8 points en cinq ans, à 10,9%, tandis que le taux de divorce très important (44,7 divorces pour 100 mariages en 2011 a fait grimper à près de 1,8 million le nombre de familles monoparentales, ce qui peut être un facteur de fragilité. La France compte aussi 2 millions de travailleurs pauvres et 572.000 retraités touchant le miminum vieillesse, et plus de 1% de la population (environ 800.000 personnes) fait l'objet de mesures de protection comme la curatelle ou la tutelle.

Pour répondre aux besoins d'une clientèle fragile souvent incapable d'épargner et risquant au contraire le découvert chronique, certaines banques ont mis en place depuis longtemps des dispositifs spéciaux, s'adressant notamment aux personnes sous le coup d'interdits bancaires. Ces offres dites GPA (Gamme de Paiements Alternatifs aux chèques) incluent une carte de paiement à autorisation systématique, pour éviter les découverts et des frais réduits en cas d'incidents de paiement. Ces offres restent parfois assez coûteuses (jusqu'à 43 euros par an, auxquels s'additionnent les frais d'incidents), même si BNP Paribas se distingue par une offre de base gratuite. Reste à briser ce que l'étude Ailancy/Koïne Conseil appelle le cercle de la fragilité : l'offre bancaire, n'étant pas adaptée aux clients fragiles, est mal utilisée par eux et ne fait que renforcer leur fragilité. (lire la suite sur Yahoo Finance)

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Banque - Assurance
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche