Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 17:21
Cette étonnante année 2009 qui vient de s'achever nous aura apporté son lot de suprises. Elle vient aussi nous rappeler quelques leçons, parfois très évidentes, apprises à l'école de la bourse. Mais, comme il est plus facile de raisonner à froid qu'en plein krach, il est parfois bon de rappeler des évidences.

Aujourd'hui, voici donc notre leçon numéro un : c'est quand tout le monde panique qu'il faut avoir du courage.


Cette leçon nous a été rappelée d'une manière particulièrement nette deux fois au cours de la décennie, la fois précédente étant mars 2003. Le marché était alors au plus mal, avec un CAC revenu vers 2.400 points, et le monde craignait que la crise irakienne ne dégénère en conflit majeur. Pourtant, le déclenchement effectif des hostilités allait coïncider exactement avec le début d'un rebond quasi-continu de plus de quatre ans.

Mais revenons à 2009, et plus particulièrement à la journée du 9 mars, où l'indice parisien faillit d'ailleurs retrouver les plus bas de 2003, franchissant à la baisse le seuil des 2.500 points durant la séance. Cette journée marqua le paroxysme de la panique des marchés et on n'imaginait guère à l'époque que le CAC40 puisse finir l'exercice 2009 de si belle manière !

Que fallait-il acheter alors ? Des sociétés solides, défensives, comme France Télécom, Air Liquide et Danone, par exemple ? Le sage investisseur qui aurait fait ces choix d'investissement ce jour-là aurait certes enregistré à fin décembre 2009 une performance moyenne de 22,6% sur ses trois positions. Mais regardons maintenant ce qu'aurait engrangé un boursier plus audacieux, dont les choix se seraient portés le 9 mars sur Alcatel-Lucent, société qui ne cesse de perdre de l'argent depuis 2006, sur Eurotunnel, un des titres les plus sulfureux de la bourse de Paris du fait de son passé très douloureux pour ses actionnaires, et, enfin, pour corser le tout, une small cap technologique en perte de vitesse ces dernières années sur le plan du chiffre d'affaires et dont les  perspectives restent très floues... disons, Archos.  Hé bien, notre courageux investisseur aurait réalisé au 31 décembre une "perf" moyenne de 122,8% sur les titres en question. Nous avons négligé ici l'effet dividende, mais l'écart est considérable.

Croyez-moi ou pas, j'ai choisi intuitivement les six titres cités ci-dessus, ne vérifiant qu'a posteriori mon intuition. La leçon est édifiante : quand la perception des risques est à son maximum, c'est que le moment d'en prendre est venu. C'est quand tout le monde panique sur les marchés qu'il faut être du côté des courageux.

Emmanuel Schafroth

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche