Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 16:31
VOD marchéDans notre article précédent, nous évoquions les raisons possibles du violent recul boursier enregistré par VideoFutur à la suite de son introduction en Bourse. Voici quelques raisons d'espérer que cette disgrâce ne soit que provisoire.

Une offre à la qualité reconnue. VideoFutur entend être un acteur multi-plateformes de la distribution de contenus vidéos. Mais c'est évidemment du côté de la VOD (vidéo à la demande) que la société présente le plus fort potentiel. On pourrait évidemment s'inquiéter que la séparation de cette société de l'activité de Netgem n'ait pour seul but que de donner un nouveau "jouet" au directeur général et premier actionnaire Joseph Haddad, lequel a déjà fait fortune avec Netgem. Notons cependant que celui-ci a donné il y a quelques semaines  à newsfinance.fr des explications plutôt convaincantes sur la scission dans cette interview.

Mais surtout, il est rassurant de constater que l'offre VOD de VideoFutur est prise au sérieux par des acteurs de premeir plan du secteur. Elle s'appuie en la matière sur l'expérience de Glowria (rachetée en 2008 par Netgem), expérience qui remonte à 2005. La société a su convaincre des partenaires de premier plan, comme la FNAC, Carrefour, Darty et, tout dernièrement, M6. Ce dernier partenariat est d'ailleurs un peu exceptionnel puisqu'il va dans les deux sens, le site internet dédié de M6 commercialisant l'offre de films de VideoFutur, tandis que VideoFutur pourra commercialiser les séries TV dont M6 détient les droits.

Mieux, VideoFutur s'est offert un bon coup de pub au MIPCOM 2009 (marché international des contenus audiovisuels), en remportant le prix du meilleur service de VOD sur télévision, grâce à ses qualités ergonomiques et à son catalogue étoffé (15.000 oeuvres environ).

Une société de croissance. Il faudra attendre le 31 mars pour connaître les résultats 2009 de VideoFutur, mais analysons les chiffres d'activité du premier semestre 2009. La croissance a été très forte en apparence, à 141%. Mais il s'agit là essentiellement d'un effet de changement de périmètre, la croissance a données constantes étant de 11% seulement. Pour le coup, cela semble bien peu ! Mais isolons le chiffre d'affaires réalisé par la VOD au travers des partenariats : il a atteint 1,9 million d'euros au premier semestre 2009, soit une croissance de 48%, largement imputable à une augmentation du nombre d'actes d'achat de la part des clients finaux. La montée en puissance est donc indéniable, même si elle est "diluée", cette activité représentant seulement 26% de l'activité totale de VideoFutur.

Un marché prometteur. Le réseau de magasins et d'automates de distribution de VideoFutur représente 54% du chiffre d'affaires du premier semestre 2009 et on peut penser que cette activité va continuer à être structurellement sous pression du fait du développement de la distribution en ligne. Toutefois, elle pourrait connaître un certain répit grâce au format BluRay : ce DVD haute définition bénéficie du prix désormais attrayant des lecteurs (ils coûteront bientôt moins de 100 euros) et ce format n'est pas encore disponible par la VOD du fait du "poids" informatique  important du contenu (jusqu'à 50 gigaoctets).

Mais surtout, le marché de la VOD est extrêmement prometteur : PricewaterhouseCoopers estime que le marché européen pourrait dépasser les 2,3 milliards d'euros en 2012, soit une multiplication par plus de 10 en 5 ans (voir graphique).

Rien qu'en France, le marché aurait atteint entre 53 et 70 millions d'euros en 2008 (selon diverses sources), contre 30 millions l'année précédente. Et la croissance aurait plutôt eu tendance à accélérer en 2009 ! Une éude Exane / Arthur D Little estime que la France pourrait représenter un gâteau de 500 millions à 1,2 milliard d'euros en 2015. Autant dire que ce marché est loin de la maturité. Si les prévisions n'engagent que ceux qui y croient, il reste vrai que l'importance de la VOD au sein du marché global de la distribution de contenus audiovisuels payants (vente et location) va aller crescendo. Et ce marché bien réel représentait globalement 14 milliards d'euros en France en 2008.

Des prévisions pour VideoFutur ? Elles seraient encore trop hasardeuses ! Rappelons simplement que Joseph Haddad attend la rentabilité dès 2011. Ce n'est finalement pas si loin compte tenu de l'historique compliqué de la société. Il reste à vérifier si la croissance de la VOD se poursuit au même rythme. Plus de précisions le 31 mars...










Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche