Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 11:04
La société de tête du groupe HF Company, celle qui est cotée en bourse, est un holding. Il ne faut pas comprendre par là qu’elle ressemble à un holding financier comme Wendel, par exemple. Le modèle serait plus à chercher du côté de Vivendi : une société qui pilote des filiales ayant des métiers proches et va faciliter les collaborations entre elles.

Les métiers du groupe ont des degrés de maturité différents. Il n’est pas étonnant de finir notre série de 4 entretiens avec le PDG, Yves Bouget, par le métier qui est à la fois le plus petit et celui qui connaît la croissance la plus exponentielle. Le CPL (courants porteurs en ligne) est une technologie qui permet de transmettre des informations numériques (données, images) en utilisant le circuit électrique domestique. HF Company a hérité de cette technologie en rachetant LEA, la filiale qui lui a par ailleurs donné une position de leader dans le haut débit (lire le premier entretien). Les produits qui en sont issus se développenet fortement aujourd'hui et Yves Bouget nous parle donc ici de ce qu’on peut appeler la start up de son groupe.

<< l'entretien numéro 3 <<




YvesBouget06newsfinance.fr : Votre chiffre d’affaires CPL a quasiment doublé en 2009. Comment expliquer cette forte tendance ?


Yves Bouget : Classiquement, les innovations technologiques prennent naissance dans l’univers professionnel (B to B). On peut assurer qu’elles vont subsister et se diffuser  à partir du moment où elles apparaissent dans le B to C. (consommation grand public) C’est ce qui arrive actuellement aux produits CPL. En 2008, ils se vendaient essentiellement sur internet et via les opérateurs télécoms; aujourd’hui, nos références sont présentes dans le linéaire d’enseignes comme Leclerc, Castorama ou Leroy Merlin. En moins de trois ans, le CPL a migré vers l’univers de la distribution grand public. Cela confirme qu’il y a un besoin réel et une compréhension de la technologie par les particuliers. C’est ce qui explique notre forte croissance sur ce marché.

newsfinance.fr : Malgré cela, la contribution du CPL à l’excédent brut d’exploitation de HF Company n’a pas progressé en 2009 et reste minime (0,3 million d’euros). Pourquoi ?


Y.B. : Nous investissons beaucoup sur ce marché où notre priorité actuelle est le développement de parts de marché, non la rentabilité immédiate. Nous ne sommes pas là pour un an, mais pour développer ce métier sur le long terme. Toutefois, on devrait voir la rentabilité progresser à partir de la deuxième moitié de 2010.

newsfinance.fr : Le potentiel de croissance reste-t-il important ?


Y.B. : Absolument. Je parlerais même de croissance exponentielle ! Je vous rappelle que le CPL n'existait pas commercialement en 2005, au moment de l’acquisition de LEA, la société dont est issue cette technologie. Il n’avait généré qu’un petit million d’euros pour HF Company en 2006 et nous en sommes à 10 millions d’euros de facturations en 2009. Pour l’exercice en cours, nous envisageons à nouveau un doublement de ce chiffre ! A 20 millions d’euros, cette activité ne sera plus anodine à l’échelle du groupe.

newsfinance.fr
: Quels sont les axes de développement de cette activité ?


Y.B. : Je vois deux axes majeurs. Tout d’abord, comme vous le savez, la France a été le premier pays à développer des offres triple play, sur lesquelles viennent se greffer les produits CPL. Les opérateurs télécoms français, qui sont maintenant des groupes de taille internationale, vont contribuer à propager cette technologie. Le Royaume-Uni, l’Espagne ou l’Italie s’y mettent et les Etats-Unis vont y venir à leur tour : l’offre CPL de HF Company dispose donc d’un fort potentiel à l’international. Nous avons d’ailleurs commencé à signer des contrats hors de France dans ce domaine, notamment avec l’opérateur italien Fastweb ou l’israélien Yes. Nous sommes aussi en discussion avec des acteurs majeurs de la téléphonie, comme Deutsche Telekom.

Le deuxième axe est d’intégrer la technologie directement dans les produits maîtres, comme les modems.

newsfinance.fr : A moyen terme, le CPL peut-il être utilisé dans d’autres domaines que la téléphonie ?
 

Y.B. : Bien évidemment. Notre filiale Metronic s’est déjà emparée de cette technologie et proposera prochainement une offre permettant de transmettre le signal télévision numérique dans toutes les pièces de la maison sans câblage.

Et nous ne parlons là que du CPL haut débit, mais nous commençons aussi à développer la technologie CPL bas débit. Il faut bien comprendre que là se situe un enjeu majeur des « green techs » (technologies vertes). Le plan Obama prévoit un budget de 3,4 milliards de dollars pour les seuls Etats-Unis autour des smart grids (réseaux électriques intelligents, NDLR). Prenons l’exemple de la France, où 39 millions de compteurs électriques devront être changés dans les années à venir. Le CPL bas débit est la technologie qui permettra aux futurs compteurs numériques de remonter aux centrales les informations de consommation électrique et, ainsi, de délester intelligemment le réseau. Rappelons qu’environ 20% de l’électricité qui circule aujourd’hui dans le réseau est perdue à l’arrivée. Nous devrions participer à un projet test avec le pôle de compétitivité de Tours, pour un volume d’affaires de 20 millions d’euros, dans lequel nous pourrions fabriquer des outils de mesure des consommations électriques domestiques.

A l’avenir, le CPL bas débit permettra de gérer un congélateur, un radiateur et plus généralement tout produit disposant d’une alimentation électrique. Il faudra attendre encore 2 ans avant que les produits ne soient commercialisés. Mais il y a là un énorme potentiel pour le CPL et nous aspirons à figurer parmi les leaders mondiaux de ce marché.


Propos recueillis par Emmanuel Schafroth

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche