Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 12:28

Aller fouiner à l'extérieur de nos frontières en matière sociale et fiscale, c'est la tâche à laquelle s'est appliqué le Centre d'analyse stratégique, rattaché au Premier ministre : un travail de recherche synthétisé dans les "500 propositions, innovations et curiosités sociales venues de l'étranger" qu'il vient de publier.

Dans ce catalogue ne figurent pas que des idées destinées à l'amélioration des finances publiques, mais on y trouve toutefois quelques initiatives de bon sens, recourant parfois à l'aide de la technologie.


Un système médical plus efficace

En Suisse par exemple, 200 pharmacies proposent depuis près d'un an des consultations médicales par visioconférence. Le médecin va pouvoir, dans certains cas, poser un diagnostic à distance et envoyer directement par fax son ordonnance. Cela permet de soulager les médecins des consultations relatives aux cas les plus bénins et ce système, qui sera testé pendant deux ans, devrait générer des économies pour les systèmes d'assurance sociale. L'association Yad Sarah, qui vient en aide en Israël aux personnes âgées et démunies a, de son côté, mis à la disposition de 20.000 personnes des téléphones spéciaux qui mettent en relation la personne directement avec un service médical informé de ses éléments médicaux : l'organisation estime que ce procédé permet 380 millions de dollars d'économies de frais médicaux et hospitaliers.

Lire la suite sur Yahoo finance

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 16:44

tourisme.pngLa croissance du tourisme ne se dément pas. Pour la première fois en 2012, la barre du milliard de visiteurs internationaux a été franchie.

L'industrie du tourisme ne connaît pas la crise. Elle affiche même un rythme de croissance qui reste élevée. En 2012, le cap du milliard de touristes internationaux a été franchi pour la première fois, à comparer avec un chiffre de 983 millions en 2011, selon les chiffres de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), qui ne regroupe pas moins de 155 pays, les derniers adhérents étant le Libéria et le Myanmar.

40 fois plus de touristes aujourd'hui qu'en 1950

Le chiffre donne d'autant plus le vertige si l'on rappelle qu'en 1950, on ne dénombrait que 25 millions de déplacements touristiques par an, soit 40 fois moins ! On voit clairement un bouleversement lié à la mondialisation économique dans cette formidable croissance, même si les déplacements à titre professionnel ne représentaient en 2011 que 15% du total. Dans la majorité des cas (51%), ce sont bien les vacances ou les loisirs qui sont le but de la visite, le reste des motivations se partageant entre visites à la famille, pèlerinages religieux ou déplacements liés à des problèmes de santé. Quant au moyen utilisé pour les déplacements, c'est, sans surprise le transport aérien qui affirme sa prééminence (51% des déplacements), devant la route (41% des cas) et la voie d'eau (6%).

Lire la suite sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 12:56

Fotolia_42323406_S.JPGSi l'année 2012 a rassuré le petit monde la finance, l'année 2013 sera-t-elle dans on prolongement ou marquera-t-elle au contraire une remontée des risques ?

 

Comment va évoluer la situation économique en 2013 ? Il suffit de regarder un peu en arrière pour comprendre à quel point la prévision financière est un art difficile. Il y a un an, le très sérieux institut britannique CEBR (Centre for economics and business research), notamment connu pour son classement annuel des plus grandes puissances économiques mondiales, prédisait ainsi que 2012 marquerait le début de la dissolution de l'euro, avec la sortie d'un premier pays, avec une forte baisse de l'inflation. C'était compter sans Mario Draghi, nouveau président de la Banque centrale européenne, et son plan de communication sur l'euro "irréversible" reçu 5 sur 5 par les marchés. L'année 2012 s'est achevée, l'euro a toujours cours légal dans 17 pays et l'inflation ne s'est pas vraiment effondrée. A l'heure où chacun "mouline" ses prévisions pour l'année à venir, la circonspection est donc de mise.


L'optimisme prudent des financiers

Les acteurs du monde de la finance font généralement preuve d'un optimisme tempéré, à l'image de la banque suisse Pictet, pour qui 2013 se présente comme  "un défi porteur d'espoir dans un contexte incertain". Voilà une formulation pour le moins sibylline, qui démontre bien une certaine circonspection ! Certes, après un millésime 2011 marqué par la montée des risques, l'année écoulée a apporté des nouvelles rassurantes, à commencer par la détermination affichée de la Banque centrale européenne et de son "Super Mario" à soutenir coûte que coûte tout pays de la zone euro qui serait en difficultés financières : un simple effet d'annonce qui a fait nettement chuter les craintes d'explosion de la zone euro et explique en partie la bonne tenue des marchés financiers en 2012.

La suite sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 12:59

bopCommercialiser des produits destinés à des gens insolvables ? L'idée semble incongrue. Pourtant, les entreprises commencent à s'intéresser au "bas de la pyramide".

"Il faut prendre l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire chez les pauvres ! D’accord, ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres", écrivait l'acerbe humoriste Alphonse Allais, mort en 1905. Dans la réalité, il semble difficile pour les sociétés à but commercial de développer des offres à destination de personnes dont la solvabilité à court terme est très précaire. Si la pauvreté la plus extrême (les individus vivant avec moins d'1,25 dollar par jour) a eu tendance à diminuer ces dernières années, notamment du fait de la croissance forte dans les pays émergents, une majorité de la population mondiale (4 milliards d'individus) vit toujours avec moins de 7 dollars par jour.


Les pauvres consomment aussi

Et pourtant, il s'agit là d'un vivier immense de consommateurs potentiels. Et si leur situation actuelle reste difficile, le développement spectaculaire de certaines économies, Chine en tête, montre qu'il n'y a pas de fatalité. En ignorant les pauvres, les entreprises commettent une erreur : c'est du moins ce qu'estiment les théoriciens du BoP, pour "Bottom of the Pyramid", dont C.K. Prahalad, auteur en 2004 d'un des premiers ouvrages sur le thème. Lire la suite sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 11:11

Dans une heure, nous saurons si les Mayas avaient raison. Mais si le monde continue après 12h12, il risque de se prendre les pieds, économiquement parlant, dans le tapis du désormais fameux "fiscal cliff", ce mur budgétaire américain qui risque de faire plonger l'économie américaine en récession l'an prochain.

Pour comprendre le fiscal cliff de manière ludique, voici une jolie infographie sur le site de Saxo Banque

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 08:35

Franchise-JPG 172810Quand on a des envies d'entreprendre sans être sûr d'avoir l'idée du siècle pour se lancer, il existe une solution: la franchise. Son principe ? Une entreprise, appelée franchiseur, va céder à une autre, le franchisé, le droit d'exploiter sa marque, ses "signes de ralliement" (architecture des points de vente, identité visuelle) ainsi que son savoir-faire.

Ce système est bien connu dans le secteur de la grande distribution (Leclerc, Casino) ou celui de la restauration (Flo, McDonald's, Quick ou encore Brioche Dorée) mais se rencontre aussi dans les services automobiles (Midas), l'ameublement (But) ou l'habillement (Kiabi). La France est le premier marché européen pour le secteur de la franchise, qui représente 62.000 points de vente, 310.000 salariés et plus de 49 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans l'hexagone.

Un levier de développement pour les enseignes

Pour les franchiseurs, ce système permet généralement de valoriser un savoir-faire qui a d'abord été développé en interne par la société. Ainsi, d'après la dernière enquête annuelle de la Fédération de la franchise, l'âge moyen des réseaux de franchises en France est ainsi de 11 ans, alors que les enseignes correspondantes ont en moyenne 22 ans. L'intérêt du système est d'accélérer le développement de leur enseigne (c'est la motivation dans 86% des cas), sans avoir à supporter intégralement les lourds investissements liés au développement en interne d'un réseau de points de vente.  En d'autres termes, cela leur donne un levier pour augmenter leur rentabilité tout en restant des entités à taille humaine.

Lire la suite sur Yahoo finance

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 17:19

Flux-nets-OPCVM-oct-2012.pngLes produits obligataires sont sans conteste les grands gagnants de l'année 2012. Au moins d'octobre, ils ont encore enregistré une collecte nette de 22 milliards d'euros au niveau européen, selon les estimations de Morningstar : leur meilleur mois depuis janvier.

Mais le regain d'intérêt pour les fonds actions se confirme. Après un printemps et un été meurtrier (plus de 32 milliards d'euros ont été retirés par les investisseurs des fonds actions entre mai et août 2012), la tendance s'est inversée, même si c'est encore de manière modeste. La collecte nette (c'est-à-dire les souscriptions des investisseurs diminuées des rachats) s'est élevée à 3,7 milliards d'euros entre septembre et octobre. Pas encore de quoi faire de l'ombre aux fonds obligataires, qui ont collecté à un rythme 10 fois supérieur sur la même période. Ceux-ci continuent de bénéficier de la nouvelle réglementation Solvabilité II, qui incite fortement les assureurs à diminuer leur allocation d'actif en actions au profit des produits moins volatiles comme les obligations.

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 16:46

Fonds souverain

Avec des actifs cumulés de plus de 5.100 milliards de dollars, les fonds souverains sont une force nouvelle et conquérante au sein de la finance mondiale.

Un fonds souverain est un fonds d'investissement chargé par un Etat de gérer pour son compte un portefeuille de placements (actions, obligations, immobilier ou autre). Rien à voir, a priori, avec une quelconque tête couronnée, l'adjectif "souverain" devant ici s'entendre au sens d' "étatique", tout comme on parle de dette souveraine pour désigner l'endettement public. Pourtant, à y regarder de plus près, les fonds souverains, du moins les plus importants d'entre eux, sont souvent issus de monarchies : l'Arabie Saoudite, les Emirats arabes unies ou la moins exotique Norvège. Simple hasard géographique ! Ce qui doit moins au hasard, en revanche, c'est le lien entre les actifs gérés par un fonds donné et ses ressources souterraines.

fonds souverains

(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Des investisseurs souvent nourris par la manne des hydrocarbures

Parmi les 63 fonds souverains recensés par le SWF Institute au niveau mondial, 36 sont alimentés par la rente pétrolière ou gazière du pays concerné (Norvège, Arabie Saoudite et pays de la péninsule arabique, Russie, Kazakhstan, Algérie, Libye, etc) et six autres sont financés par des ressources minérales comme le cuivre (Chili) ou le diamant (Botswana). D'autres fonds souverains sont l'émanation de pays, souvent asiatiques, qui leur allouent les ressources issues de leur forte capacité exportatrice, comme Singapour, la Corée du sud ou bien sûr la Chine, qui ne détient pas moins de cinq fonds souverains. C'est souvent en raison des montant colossaux qu'ils gèrent que les fonds souverains font parler d'eux. Au total, ces investisseurs pas comme les autres détiennent des avoirs de plus de 5.100 milliards de dollars.

La suite de l'article sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 21:43

C'est la ruée vers l'or, version 21e siècle ! Le succès de l'iPad a fait éclore le marché des tablettes, nouveau terrain de bataille des géants de l'électronique. Une guerre pacifique mais acharnée ! 
tablettes-jpg_141122.jpg
Un bond de 147% en 2009, une nouvelle hausse de 53% en 2010 et encore 26% de mieux en 2011 ! On avait fini par s'habituer à ce que l'action Apple aille dans une seule direction, grâce au succès planétaire de ses smartphones et tablettes internet. Quand le titre toucha en début d'année 2012 le seuil symbolique des 500 dollars, quelques oracles commencèrent à prédire qu'il s'en irait bientôt flirter avec les 1.000. Mais depuis son sommet à plus de 700 dollars à la fin de l'été, l'action Apple a entamé une glissade de plus de 20% déjà, et nul ne sait dire où elle va s'arrêter.

Apple, un précurseur magnifique...

Voilà qui peut étonner alors que la société vient d'annoncer des chiffres record pour le trimestre qui s'est achevé fin septembre 2012 : des ventes en hausse de 27%, à 36 milliards de dollars, grâce aux 26,9 millions de téléphones iPhone et aux 14 millions de tablettes iPad écoulés. Mais derrière ses chiffres impressionnants se cache une réalité moins rose : le magnifique avantage concurrentiel construit par Apple avec le lancement successif de ces deux produits phares est en train de s'éroder, et la concurrence se fait de plus en plus vive.

Lire la suite de mon article sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 14:06

energie.jpgQuelle énergie nouvelle offre le plus fort potentiel à court terme ? Le solaire ? La biomasse ? Non, vous n'y êtes pas ! Lisez plutôt.

Entre une population mondiale qui s'accroît de près de 80 millions d'individus par an et des pays émergents qui aspirent à un rattrapage de leur niveau de vie, l'énergie apparaît comme un problème crucial pour notre petite planète dans les décennies à venir. Et cela d'autant plus que les ressources pétrolières et gazières sont très inégalement réparties sur la planète, ce qui a été et peut être encore à l'avenir source de conflits géopolitiques majeurs. 

Les énergies propres se développent... mais pas assez vite

Certes, on constate que les énergies renouvelables progressent rapidement. Prenez l'exemple de la filière solaire, qui a souvent fait les choux gras des médias à cause des faillites qui ont émaillé le secteur. Cela ne doit pas faire oublier que le parc photovoltaïque raccordé au réseau d'électricité a quasiment doublé entre juin 2011 et juin 2012, pour atteindre 3.289 mégawatts, ce qui correspond aux besoins en électricité d'une population de 1,5 million d'habitants. Il existe bien d'autres énergies "décarbonées" pleines de promesses, des éoliennes à la biomasse en passant par les hydroliennes, équivalent des éoliennes en version sous-marine. Pour autant, le contexte de crise financière est venu réduire à la portion congrue les aides au secteur et, au rythme de développement actuel, l'objectif, fixé par le Grenelle Environnement, d'assurer 23% de nos besoins en énergie grâce aux sources renouvelables à l'horizon 2020 sera bien difficile à atteindre.

 

Lire la suite de mon article sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0