Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 12:59

syndic-escroc.jpgChargés de gérer une copropriété immobilière, les syndics professionnels pratiquent des tarifs extrêmement variables... et pas toujours légaux. Tel est l'enseignement d'une étude menée par une association de consommateurs.


Le syndic est une personne physique ou morale élue par les copropriétaires pour les representer et assumer la gestion d'un immeuble. Il peut être choisi parmi les copropriétaires eux-mêmes, mais peut aussi être un professionnel choisi à l'extérieur, ce qui a pour avantage qu'il ait une meilleure connaissance de la réglementation. Du moins, en théorie. 

Des conditions tarifaires extrêmement variables

En moyenne, les honoraires de gestion courante pratiqués par les syndics de copropriété professionnels s'élèvent à 166,90 euros par an et par lot, c'est-à-dire par appartement composant la copropriété. A cela s'ajoutent souvent des frais administratifs, pas toujours clairement indiqués dans les contrats, et qui se montent en moyenne à 11% du montant cité ci-dessus, ce qui porte à 185,16 euros par lot les frais moyens constatés. C'est du moins le résultat d'une étude réalisée par laCLCV, association nationale de défense des consommateurs, et portant sur 133 conventions de syndics appartenant à des groupes comme Foncia ou Lamy, mais aussi des groupes indépendants.

Lire la suite

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 11:36

quand-le-batiment-va.JPGLa crise économique fait rage, mais le secteur du bâtiment résiste. Est-ce vraiment si paradoxal ?


"Quand le bâtiment va, tout va". Tout le monde connaît cet adage économique un peu simpliste, mais pas totalement sans fondement. Un constat s'impose alors que la morosité économique semble générale : ce joli dicton ne fonctionne pas vraiment en ce moment.

Le BTP a le vent en poupe

En effet, s'il est un secteur qui semble ne pas souffrir exagérément de la crise lorsqu'on examine les chiffres des géants du secteur, c'est bien celui de la construction. Si le groupe Vinci affiche au premier semestre 2012 un chiffre d'affaires en hausse de 3,6%, c'est essentiellement grâce à la bonne tenue de son pôle construction (+6,3%), qui représente à lui seul 40% de l'activité totale. Le constat est similaire chez Bouygues qui, au moment où Free est venu lui tailler des croupières dans son activité de téléphonie mobile, peut a contrario se féliciter de la bonne tenue de sa division construction. L'objectif de chiffre d'affaires de celle-ci pour l'exercice 2012 a été relevé deux fois depuis le début de l'année. Mieux encore, Bouygues Construction affiche un carnet de commandes record de 28,6 milliards d'euros, en hausse de 13% en un an !

La suite sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 10:48

banque-publique-d-investissement-jpg_153604.jpgLa Banque publique d'investissement, outil de financement des entreprises voulu par le candidat Hollande, devrait être sur les rails en début d'année. Sa mission : améliorer l'efficacité du financement public des entreprises.
Moi président, je créerai une Banque publique d'investissement ! Parmi les 60 engagements du candidat Hollande pour la France, la proposition de création de la future BPI, qui devrait être dotée de plus de 30 milliards d'euros, occupait une place de choix... La première ! L'objectif affiché du projet est de favoriser le développement des petites et moyennes entreprises.

Regrouper les outils existants sous une même bannière

Où ce nouvel outil de financement public va-t-il trouver 30 milliards d'euros en ces temps de disette budgétaire ? En réalité, la BPI ne sera pas créée ex nihilo mais regroupera dans un premier temps des entités existantes. C'est du moins ce que recommande le rapport de "préfiguration" remis fin juillet au Ministre des Finances par l'inspecteur général des finances Bruno Parent.

Divers outils existent déjà, en effet, à commencer par CDC Entreprises, filiale de la Caisse des dépôts dédiée au capital investissement dans des PME de croissance, et Oséo, qui aide notamment les entreprises innovantes. A cela s'est ajouté en 2008 le Fonds stratégique d'investissement (FSI) voulu par Nicolas Sarkozy, fonds souverain à la française dont la gouvernance et la gestion ont fait l'objet de vives polémiques.... la suite de l'article sur Yahoo Finance


Partager cet article

Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 16:33

 

Peugeot strategie

Résultats dans le rouge au premier semestre 2012, valorisation boursière divisée par 10 depuis les sommets de 2007, douloureuse réorganisation... tout semble aller mal chez PSA Peugeot Citroën. Faut-il y voir la conséquence de mauvaises décisions managériales ou y a-t-il d'autres explications ? 

 

"Nous avons un vrai problème sur la stratégie de Peugeot, l'alliance avec General Motors, le comportement de l'actionnaire", déclarait Arnaud Montebourg le 18 juillet dernier. C'était avant même que le ministre du Redressement productif ne rencontre le patron du groupe PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, et après l'annonce d'un plan de suppression de 8.000 postes par le groupe. Habituellement discrète, la famille Peugeot avait alors vertement répondu aux critiques ministérielles, via un communiqué de presse, mentionnant notamment que ses membres payaient leurs impôts et vivaient en France. Ils auraient aussi pu rétorquer au chantre du "made in France" que Peugeot a encore produit 1,2 millions de véhicules sur le territoire national. C'est certes 23% de moins qu'en 2000, mais dans le même temps, Renault, bien que détenu à 15% par l'Etat français, a vu sa production hexagonale diminuer de plus de 60%. En l'occurrence, le privé a été plus patriote que le public !
La suite de mon article sur Yahoo Finance


Partager cet article

Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 12:41

Il y a du mieux, mais tout reste à faire ! Voilà à peu de choses près la conclusion de la Cour des comptes sur la situation de la Sécurité sociale. Le régime général et le fonds de solidarité vieillesse sont en effet lourdement déficitaires : 20,9 milliards d'euros en 2011 !

C'est certes moins que les 28 milliards manquants de 2010, mais encore très loin de l'équilibre et les réformes récentes de suffiront pas à le rétablir, selon un récent rapport de la Cour des comptes.

Réformer, c'est bien. Bien réformer, c'est mieux !


En effet, il y a parfois quelques nuances entre le tintamarre médiatique d'une réforme et ses effets réels sur les comptes publics. Les sages de la rue Cambon prennent à ce titre l'exemple des modifications apportées aux régimes de retraite de la SNCF et de la RATP sous le quinquennat précédent. L'idée de la réforme était d'aligner ces régimes dits spéciaux (entendez par là : plus favorables) sur le régime général. Ainsi, le taux de cotisation des salariés de la SNCF, aujourd'hui égal à 7,85%, sera progressivement augmenté pour atteindre le même taux que dans la fonction publique. Progressivement, c'est-à-dire entre 2017 et... 2026 ! On aurait plus faire plus vite, sachant que ce régime reste structurellement déficitaire, le nombre de cotisants étant inférieur d'un tiers au nombre de bénéficiaires ! Pire encore, de nombreuses concessions ont du être faites pour "faire passer la pilule" de la réforme, nombre de "mesures d'accompagnement" plutôt coûteuses ont été décidées, qui viennent diminuer l'impact global du changement. A la SNCF, ces majorations salariales et autres intégrations de primes au calcul de la retraite généreront des coûts de 1,5 milliard d'euros sur la période 2008/2018. En définitive, il faudra attendre une bonne décennie avant que les effets positifs ne viennent compenser les effets négatifs.

La suite de mon article est à lire sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 07:31

 

 

rentree-des-classes-jpg_131816.jpg

 

Si les écoliers bénéficient cette année du sérieux coup de pouce de l'allocation de rentrée scolaire, les étudiants qui vont attaquer l'université cette année doivent faire face à un souci financier souvent crucial : comment se loger à moindre coût.

Après une manifestation, il y a toujours une différence notable entre les chiffres de fréquentation évalués par la police et ceux des organisateurs. C'est un peu la même histoire pour le coût de la rentrée scolaire. Le ministère de l'éducation évalue ainsi sa progression à 1,9% pour la rentrée 2012, soit un chiffre conforme à l'inflation.

Le prix des fournitures scolaires suit l'inflation... à peu près !


L'association Familles de France, qui fait pour la 28ème année sa propre enquête (elle a porté cette année sur 237 magasins répartis dans 39 départements) est un peu moins optimiste. Elle évalue à 2,9% la progression de la facture pour un élève entrant en classe de sixième, soit un coût total de 192,82 euros en moyenne, réparti entre papeterie (19% du total), fournitures diverses (52%) et vêtements nécessaires aux activités sportives à l'école (29%).
La hausse du prix des matières premières contribue à expliquer la hausse et, plus que jamais, Familles de France recommande implicitement de s'approvisionner dans les hypermarchés, notant un réel effort de leur part sur les prix de la papeterie et des vêtements, là où les magasins spécialisés en fournitures scolaires ont au contraire fortement augmenté les tarifs.

Lire la suite sur Yahoo finance

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 07:27

Fotolia_18945034_XS.jpg

 

En faisant grimper le prix des céréales et des oléagineux, la sécheresse aux Etats-Unis fait chez nous quelques heureux. Mais pour les producteurs de viande, la situation vire au cauchemar et la sortie de crise n'est pas pour tout de suite.


Dans les années 1930, la sécheresse avait conduit à la ruine et à l'exode vers la Californie des centaines de milliers de familles rurales du midwest américain, une histoire douloureuse qui a fourni au romancier John Steinbeck la trame de fond des célèbres Raisins de la colère. Celle de 2012 n'aura sans doute pas les mêmes effets, mais ses conséquences économiques sont sensibles à l'échelle mondiale. En effet, les Etats-Unis ne sont pas seulement le pays le plus touché cette année par le manque de précipitations, mais aussi celui qui pèse le plus lourd sur le marché mondial des céréales. "Pour ne parler que du maïs, les Etats-Unis représentent environ un tiers de la production mondiale, mais surtout 50% du total des exportations. Autrement dit, ce sont eux qui nourrissent le monde !" rappelle Benjamin Louvet, directeur général délégué de Prim'Finance, société financière spécialisée dans les matières premières. La situation est similaire pour le soja, où les Etats-Unis et le Brésil sont les deux principaux exportateurs (respectivement 40,5 et 28,6 millions de tonnes en 2009, selon les chiffres de l'Organisation des Nations-Unis pour l'alimentation et l'agriculture).

Lire la suite sur Yahoo finance

Partager cet article

Repost0
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 11:02

Flag_of_China.png

 

"Quand la Chine s'éveillera, le monde tremblera" ! C'est par ce titre choc qu'Alain Peyrefitte avait choisi de décrire en 1973 l'inexorable essor à venir de l'Empire du milieu, dans un essai visionnaire à une époque où le continent asiatique était encore dominé par l'économie japonaise. Mais quand la croissance chinoise tremblera à son tour, que se passera-t-il ? C'est une des questions majeures qui agite actuellement le petit monde des économistes et de la finance.

C'est un fait avéré, la croissance chinoise ralentit ! Certes, la deuxième économie mondiale affiche encore des chiffres de progression à faire pâlir d'envie nos économies développées. Le produit intérieur brut chinois a ainsi progressé de 7,6% au deuxième trimestre 2012, contre... 0% pour la France, par exemple ! Mais le rythme de développement chinois est effectivement en train de décélérer : il s'était établi à 9,5% au deuxième trimestre 2011.

Un ralentissement à la fois conjoncturel et structuel

Bien évidemment, la crise économique qui touche en particulier l'Europe, destinataire privilégie des exportations chinoises, n'est pas étrangère au phénomène. Le ralentissement du géant asiatique est en grande partie imputable à une progression moins rapide de ses exportations, mais la consommation y est aussi pour quelque chose. Une récente enquête Bloomberg auprès des plus grandes bijouteries hongkongaises a par exemple démontré que les ventes de bijoux et montres avaient augmenté de 3,1% seulement en juin dernier, alors que le taux de progression était encore de 60% un an auparavant !
Après des années dorées, la Chine arrive à un certain degré de maturité qui rendrait inévitable ce ralentissement. Reste à savoir s'il va se poursuivre graduellement ou s'accélérer brutalement, comme le laisse craindre le taux de croissance quasi-nul (1%) des exportations en juillet 2012. Pour l'heure, certains signaux permettent de rester optimiste, comme le taux d'inflation, qui reste très bien maîtrisé (1,8% seulement en juillet 2012). Cela permet à la Chine de conserver de bonnes marges de manœuvre pour la relance de son économie, grâce à des taux d'intérêt bas.


Lire la suite de mon article sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 17:40

Apple-Samsung-ok-jpg_144228.jpgQuand les géants de l'électronique croisent le fer, tous les coups, même les plus bas, sont permis. Apple versus Samsung : procès du siècle ou  simple querelle d'écoliers ?

Lucy H. Koh est une femme au bord de la crise de nerfs ! C'est la juge en charge du "procès du siècle" opposant deux géants de la technologie, l'américain Apple et le coréen Samsung : autrement dit, les deux leaders du juteux marché des smartphones. La marque à la pomme réclame au moins 2,3 milliards de dollars de dédommagements à son rival et la tension n'a fait que monter depuis le début du procès, fin juillet. La liste de nouveaux témoins à interroger de 75 pages remise par Apple à la juge à quelques jours des plaidoiries est la goutte qui a fait déborder le vase. La réaction de Lucy Koh a été vive : elle a carrément demandé au juriste s'il ne "fumait pas du crack" et elle conseille tout bonnement aux deux protagonistes de régler à l'amiable leurs petits soucis concurrentiels, arguant que tous deux avaient à y perdre si l'affaire allait jusqu'au verdict.

Voilà qui en dit long sur l'atmosphère de pugilat permanent de l'affaire, qui voit depuis des semaines s'affronter des spécialistes du droit de la propriété intellectuelle chargés de démontrer si, oui ou non, Samsung a copié l'iPhone et l'iPad d'Apple. Le coréen a contre-attaqué en affirmant qu'Apple lui devait plus de 400 millions de dollars au titre de la violation de plusieurs brevets, chaque belligérant avançant des chiffres sur les marges supposées de l'autre pour étayer ses réclamations. Un représentant d'Apple a ainsi évalué à 35,5% la marge réalisée par Samsung sur les quelque 8 milliards de dollars de vente réalisés aux Etats-Unis, Samsung rétorquant aussitôt que le chiffre réel était de 12% seulement.

La suite sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 08:56

presse-et-internet.jpg

La presse écrite est en crise, confrontée à un monde en changement rapide. Mais certains modèles démontrent une certaine résistance.

Dur d'être un journal en 2012 ! Le 23 juillet dernier a été prononcée la liquidation de France Soir, mettant fin au virage "tout numérique" tenté après l'arrêt, fin 2011, de la version papier du journal. Triste fin pour ce quotidien fondé en 1944 et qui, sous l'égide de Pierre Lazareff, avait connu son heure de gloire dans la deuxième moitié des années 1950, avec un tirage qui flirtait avec le million et demi d'exemplaires.

Emblématique, cet exemple n'est pas isolé. Fin 2008, l'hebdomadaire La Vie Financière, également fondé dans l'immédiat après-guerre avait été mis en liquidation judiciaire, pour être repris par un autre hebdo, Moneyweek, qui allait finalement subir le même sort funeste trois ans plus tard. Cette logique n'est pas non plus limitée à la France, l'Espagne connaissant une crise de la presse particulièrement sévère, avec la cessation récente du quotidien de gauche Publico et une presse gratuite littéralement décimée.

Lire la suite sur Yahoo Finance

Partager cet article

Repost0