Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 08:20

Le communiqué des résultats semestriels de Guillemot publié hier soir vient rappeler que la société a renoué avec la croissance. Et surtout, le management ajoute à ses perspectives un mot qu'on n'avait pas vu depuis longtemps... "bénéficiaire" !

Guillemot ! Le nom est familier des amateurs d'oiseaux de mer... et de jeux vidéo. La famille morbihannaise Guillemot est en effet à l'origine de trois sociétés cotées, dont celle qui porte son nom est sans doute la moins connue. L'essentiel de la gloire revient à UbiSoft (près de 1,5 milliard d'euros de CA), ce survivant du jeu vidéo français qui a su se hisser parmi les leaders mondiaux du secteur là où tant d'autres se sont perdus en route (Infogrames, Cryo, ...). Le succès de Gameloft, spécialisé dans les jeux sur mobiles, reste plus modeste et les 227 millions d'euros de facturations de 2014 trahissent une panne de croissance. Quant à Guillemot Corporation, qui conçoit des accessoires pour jeux vidéos, elle n'a enregistré que 40 millions de CA en 2014, cet exercice marquant une troisième année consécutive de pertes.

En 2015, grâce notamment au cycle des nouvelles consoles de jeux, Guillemot est cependant en train de retrouver des couleurs, financièrement et boursièrement. Comme le rappelle le communiqué d'hier soir, le chiffre d'affaires a ainsi bondi de 78% au premier semestre, à 21,4 millions d'euros. Cela, on le savait déjà depuis le communiqué du 23 juillet, qui dévoilait une forte hausse de la croissance entre un premier trimestre très dynamique (+38%) et un deuxième trimestre carrément explosif (+120%). Restait à savoir si cette belle accélération allait permettre à Guillemot de revenir aux bénéfices dès le premier semestre, malgré un marché où la saisonnalité est marquée, avec la saison de Noël pour point d'orgue.

La réponse à cette question est... non ! Mais les chiffres dévoilés hier soir montrent une très nette réduction de la perte au premier semestre 2015 par rapport à la période comparable de 2014. Cette perte a été de 1,4 M€ seulement, contre 3,6 M€ un an plus tôt (on parle ici du résultat opérationnel courant). Cette forte diminution est encore plus spectaculaire si on calcul le taux de marge opérationnelle (résultat opérationnel rapporté au chiffre d'affaires), puisqu'on passe d'une marge de -30% à -6,5%. L'élément principal ayant empêché un retour au vert est la forte augmentation des charges liées aux achats (14,7 M€ au S1 2015 contre 6,6 M€ au S1 2014). Cet élément indique que l'entreprise se prépare à une augmentation d'activité sur la deuxième moitié de l'année, ce qui est plutôt rassurant. Mais surtout, l'optimisme qu'on sent dans la communication depuis le début d'année se confirme et s'amplifie. En témoigne la fin du communiqué d'hier, où Guillemot confirme son ambition d'une croissance à deux chiffres au deuxième semestre tout en ajoutant pour la première fois qu'elle se sent "bien armée pour dégager un exercice bénéficiaire" en 2015. C'est bien là l'élément le plus important de la communication.

Il faut dire que l'entreprise a quelques raisons de se réjouir, elle qui se targue d'une position de leader sur les volants pour jeux vidéos, avec sa marque Thrustmaster qui revendique sur ce segment 50% de parts de marché aux US. Premier élément encourageant, les accessoires sont actuellement le segment le plus porteur du marché du jeu vidéo, comme en témoignent encore les chiffres américains du mois d'août 2015, compilés par NPD Group : alors que les ventes de jeux sont en baisse de 10% et les consoles en baisse de 2%, les accessoires grimpent de 12% avec des ventes de 149,6 M$ sur le mois. Logique ! On achète la nouvelle console, puis des jeux pour aller avec, puis des accessoires pour améliorer l'expérience, d'où un certain décalage de cycle. Voilà qui est intéressant dans la perspective de la prochaine saison de Noël : faute de lancement côté consoles (la Xbox One et la PlayStation 4 sont sorties en 2014 et donc encore en début de vie), les généreux parents devront se rabattre sur d'autres cadeaux !

Autre élément favorable pour Guillemot, les jeux de voitures sont plutôt dans l'air du temps. On peut admirer dans le rapport annuel 2014 de Guillemot une photo prise sur le stand Microsoft au salon Gamescom 2014 de Cologne, où l'on voit un produit de l'entreprise, le volant TX Racing Wheel) utilisé pour jouer au jeu Forza Motorsport 5, un jeu Microsoft. Or, la version 6 vient tout juste d'être lancée (le 18 septembre dernier). Et devinez quel jeu a reçu le prix du meilleur jeu de simulation à l'édition d'août 2015 du Gamescom ? Celui-ci même ! En octobre suivra le jeu World Rally Championship 5 de Sony, pour ne pas faire de jaloux. Enfin, le deuxième semestre 2015 pourrait voir une confirmation du redémarrage, à peine amorcé au deuxième trimestre, de l'autre activité de Guillemot, Hercules (consoles pour DJ et produits audio divers), grâce à un flux de nouveautés, comme un contrôleur ultra-portable ou un produit destiné aux "apprentis DJs" !

Un bémol qu'on peut voir aux résultats du premier semestre est l'augmentation de l'endettement net, qui atteignait 8,3 M€ fin juin 2015, contre 7,2 M€ un an plus tôt. En fait, cela n'est guère surprenant dans un contexte de reprise violente de la croissance, qui se traduit souvent par un effet négatif initial sur la trésorerie (on l'a vu plus haut avec les achats) avant que l'entreprise ne tire les marrons du feu. Qui plus est, même si cet endettement est facialement assez élevé (près de la moitié des fonds propres), Guillemot a un actif caché : ses participations dans Gameloft et surtout UbiSoft. Ce coquet portefeuille valait 7,4 millions d'euros au 30/06/2015, date d'arrêté des comptes semestriels. En réalité, il vaut aujourd'hui plus de 8,3 M€, UbiSoft étant proche de ses plus hauts annuels, ce chiffre étant à comparer à une capitalisation boursière de 21,7 M€ pour Guillemot (ce qui revient à dire que la valorisation réelle de l'activité de Guillemot est de 13,4 M€ seulement).

Assez volatil ces derniers jours, le titre Guillemot réagissait positivement ce matin à la publication d'hier, avant de se replier. On constate cependant ces trois dernières semaines une remontée des volumes et la tendance haussière enclenchée après le brutal réveil de juillet ne semble pas remise en cause, d'autant que la valorisation semble encore bien modeste. Qui plus est, le newsflow des semaines à venir pourrait venir en soutien (chiffres de vente de Forza Motorsport 6, par exemple), en attendant le 29 octobre, date prévue pour la publication du T3 de Guillemot. Il faudra alors bien suivre l'évolution du discours sur le retour à la rentabilité et ce sera à n'en pas douter une des dates clés de l'année pour les actionnaires de Guillemot.

Partager cet article

Repost 0
Published by Newsfinance - dans Bourse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Newsfinance
  • Newsfinance
  • : Petites et grandes nouvelles du monde de la finance : sociétés cotées, sicav, fonds, produits financiers,...
  • Contact

Recherche